Bientôt aux Jeux olympiques de Rio… comme animateur!

13 juin 2016

IMG_8526_PRINT

On connaissait l’athlète exceptionnel, le triple champion du monde et médaillé olympique en plongeon. Ayant mis un terme à sa carrière sportive en 2013, Alexandre Despatie s’est depuis découvert une nouvelle passion : l’animation. Cet été, c’est donc en tant qu’analyste sportif aux Jeux olympiques de Rio au Brésil qu’on le retrouvera sur les ondes d’ICI Radio-Canada Télé.    

Juin 2013. Après 22 ans consacrés au plongeon, Alexandre Despatie annonce sa retraite. Quelques jours plus tard, City TV, une chaîne anglophone détenue par Rogers Media, lui propose de coanimer la nouvelle émission quotidienne Breakfast Television Montreal avec Joanne Vrakas. En décembre dernier, après deux ans et demi d’émissions en direct, trois heures par jour, cinq jours par semaine, l’aventure se terminait. Mais pour Alexandre, l’expérience aura été incroyablement enrichissante. « Faire du direct quotidiennement est une école formidable. Si tu te trompes, tu dois improviser. Avec Joanne, on a partagé des fous rires, des moments de stress et des imprévus. Je me souviens d’un jour où il y a eu une panne de courant dans l’immeuble. Le studio était dans la quasi-obscurité, mais on a quand même continué d’animer grâce aux génératrices », se souvient-il.

Aujourd’hui, Alexandre se considère comme un animateur. Son métier le passionne et comble sa grande curiosité et son goût pour la communication. Et pourtant, quand il a pris sa retraite, le jeune homme pensait plutôt se diriger vers une carrière de comédien. Il était d’ailleurs de la distribution de À vos marques… party! du réalisateur québécois Frédéric D’Amours, en 2007. Mais rapidement, il a eu la piqûre de l’animation. « J’ai besoin de défis et d’avoir des papillons dans le ventre. L’animation me procure ces sensations. »

Les JO vus de l’autre côté

Des défis, il en aura bientôt. Du 5 au 21 août, Alexandre sera en effet à Rio en tant qu’analyste sportif. Avec Martin Labrosse, il animera le bloc du matin, de 7 h à 11 h. « Je vais pouvoir combiner ma passion pour le sport à celle de l’animation. Nous irons à la rencontre des athlètes et des entraîneurs de toutes les disciplines. Et comme les jeux seront pratiquement diffusés en direct, avec une heure seulement de décalage, les téléspectateurs pourront vivre des émotions en temps réel, ou presque. Et puis, il y aura des imprévus. Il faudra être alerte et c’est ce que j’aime. »

Pour la première fois, à trente ans, celui qui a vécu les quatre derniers Jeux olympiques comme tête d’affiche de l’équipe canadienne de plongeon sera de l’autre côté de la barrière pour recueillir les impressions à chaud des athlètes. « Grâce à mon expérience d’athlète, je vais pouvoir mieux comprendre ce que ressentent les participants, avant, pendant et après leurs épreuves. Tout cela va m’aider à poser les bonnes questions. Et je vais pouvoir vivre les JO de A à Z, ce qui ne m’est jamais arrivé avant, même en tant que téléspectateur, car j’étais trop occupé. J’ai bien hâte! »

D’ici là, Alexandre ne chôme pas. Être analyste aux JO demande d’être bien préparé et documenté. Et, fidèle à lui-même, le jeune homme ne se repose pas sur ses lauriers. Il a beau connaître plusieurs athlètes, il tient à peaufiner ses recherches. À deux mois de l’événement, quand il se sent nerveux, il applique une méthode de relaxation infaillible : la respiration. « Quand je plongeais, je contrôlais mon stress par la respiration. Aujourd’hui, j’utilise cette technique quand je dois aller à un rendez-vous important ou bien avant d’animer un événement. » Quand on lui demande si sa carrière d’athlète est maintenant définitivement derrière lui, il répond affirmativement. « J’aime me réinventer. J’ai pris la bonne décision au bon moment. Cette étape de ma vie est terminée. Aux JO, le public francophone va me découvrir comme animateur. Mon prochain défi est là. » À voir la flamme dans ses yeux lorsqu’il nous en parle, nul doute qu’il passera le test haut la main.

- Diane Stehlé

Photographie: Sol photographe

Commentaires

commentaires