Caroline Néron – Une femme d’affaires atypique

27 novembre 2012

C’est à son siège social en plein cœur de Griffintown que Caroline Néron nous reçoit. Dans les couloirs, boîtes et présentoirs s’empilent. « Nous avons déménagé trois fois ces dernières années », nous souffle la jeune femme. Mais cela n’empêche pas l’équipe de Bijoux Caroline Néron de travailler dans la bonne humeur. Il faut dire que, depuis sa création en 2004, l’entreprise a connu une ascension fulgurante et compte aujourd’hui 17 points de vente à travers le Québec, 150 employés et un chiffre d’affaires de plus de 15 millions de dollars. Rencontre avec une femme qui a réussi là où on ne l’attendait pas.

DU CINÉMA AUX AFFAIRES
La carrière de Caroline Néron a démarré en trombe. « À dix-sept-ans, j’apparaissais dans des publicités télé; à 21, je tournais mon premier film. Entre 23 et 30 ans, j’ai travaillé six jours par semaine pour des films ou des téléséries.» Même si l’actrice et chanteuse dit avoir été choyée, à la longue, ce rythme effréné l’a épuisée. De plus, elle voyait défiler autour d’elle bon nombre d’acteurs qui tombaient dans l’oubli au bout de quelques années. Tout cela l’a fait réfléchir. « J’ai réalisé qu’un jour cela pourrait m’arriver aussi. » Trop indépendante pour être à la merci des réalisateurs et des producteurs, elle décide de créer son propre emploi.

Passionnée de bijoux et d’accessoires depuis toujours, Caroline approche en 2004 une designer qui l’aide à concevoir sa première collection. Au bout de trois semaines, elle décroche un contrat avec les Ailes de la Mode et y place son premier présentoir.

Ce sens des affaires, Caroline Néron l’a toujours eu en elle. D’ailleurs, raconte-t-elle en riant, « j’ai eu bien des agents dans ma carrière de comédienne, car je ne pouvais m’empêcher de leur dire quoi faire. J’étais faite pour être entrepreneure ».

Même si elle est aujourd’hui entourée d’une équipe de trois designers, l’artiste continue de s’impliquer à toutes les étapes de la création, de la conception des modèles aux corrections finales.

DES BIJOUX QUI PLAISENT À TOUS
Dès le départ, Caroline a vu grand et a voulu faire des produits de qualité. Novice dans le monde des affaires, elle a vécu au début des moments difficiles. Pourtant, loin de se décourager, cette femme de caractère a su tirer des leçons de ces expériences un peu moins heureuses. Ainsi, elle a vite compris qu’avant de se lancer sur des marchés extérieurs, il fallait s’ancrer dans son propre pays en se dotant d’une structure stable et d’une équipe solide.

Sa créativité combinée à une intuition rare l’a menée à réaliser des collections qui touchent une vaste clientèle. De 20 à 70 ans, femmes au foyer ou professionnelles, toutes les femmes se laissent séduire par la beauté de ses bijoux qui font la part belle au cristal Swaroski. Élégants sautoirs, multibracelets, mélange de matières, Caroline Néron a su se créer un style bien à elle qui, toujours, met les femmes en valeur.

Depuis deux ans, les hommes ont aussi leur gamme. Boutons de manchette, pendentifs, bagues, bracelets, montres… : la nouvelle gamme s’est enrichie de nouveaux produits afin de pouvoir concurrencer les plus grands du marché.

Ambitieuse et toujours pleine de projets en tête, la designer prévoit lancer l’an prochain des collections de ceintures et de sacs à main.

LA RECONNAISSANCE DU MILIEU
Lorsqu’on lui demande si elle se définit aujourd’hui davantage comme une femme d’affaires que comme une comédienne, Caroline Néron répond qu’à coup sûr « même si les plateaux et la musique me
manquent, je ne serai plus une actrice ou une chanteuse à temps plein. Par contre, si j’ai l’occasion de faire un beau projet durant quelque temps, je le ferai. » Et d’ajouter qu’un jour elle réalisera ou produira son propre film.

Celle sur qui personne n’aurait misé il y a huit ans a récemment été nommée finaliste régionale pour le Grand Prix de l’Entrepreneur de l’année 2012 d’Ernst & Young et lauréate, dans la catégorie Entrepreneure, grande entreprise, du 12e Prix Femmes d’affaires du Québec octroyé par le Réseau des Femmes d’affaires du Québec. Des chambres de commerce lui demandent même de donner des conférences.

« Aujourd’hui, j’ai l’impression d’être à la bonne place, de faire travailler les deux côtés de mon cerveau : le côté créatif autant que celui de la femme d’affaires », nous dit-elle.

Cet épanouissement professionnel semble aller de pair avec le rôle de maman qui lui incombe depuis trois ans. Son entreprise a en effet pris de l’expansion au moment même où elle était enceinte de sa fille Emmanuelle. Même si son emploi du temps est chargé, grâce à sa fidèle équipe, l’artiste peut aujourd’hui concilier plus facilement travail et famille que lorsqu’elle partait de longues heures sur les plateaux de tournage. Bref, sa réussite est totale.

Femme d’affaires, Caroline Néron est aussi une femme de cœur. Son entreprise s’implique dans diverses causes : « Quand tu sais que ta compagnie peut faire une différence, il faut en profiter. » Chaque année, Bijoux Caroline Néron reverse des fonds à La Fondation Mélio ainsi qu’à la Fondation Kelly Shires contre le cancer du sein. De plus, soucieuse des enjeux environnementaux, Caroline a tenu à ce que son entreprise participe au programme de compensation CO2 Québec. À l’achat de certains modèles de sa nouvelle collection, un arbre est planté.

Huit ans après sa fondation, avec ses 17 points de vente à travers le Québec, Bijoux Caroline Néron a réussi son pari. Mais l’ambition de l’artiste dépasse largement les frontières de la province. Elle compte maintenant étendre ses horizons dans tout le Canada et au niveau international et vient d’ailleurs d’ouvrir un bureau sur la prestigieuse rue de la Paix à Paris. Caroline Néron n’a pas fini de nous étonner.

- DIANE STEHLÉ

Commentaires

commentaires