Celle qui nous laisse cent voix

13 juin 2016

Cette chanteuse à la voix caméléon reproduit celles de plus d’une centaine d’interprètes féminines, à la perfection ou presque, en français comme en anglais. Elle fait plus que les imiter, elle les incarne. Littéralement. Elle a cartonné à Las Vegas, avec son spectacle Voices, et elle fait partie du paysage culturel des Français, qui l’ont adoptée. Véritable phénomène, Véronic DiCaire révolutionne les genres en livrant des prouesses vocales solides, à cheval entre le chant et l’humour. Incursion dans l’univers d’une artiste unique en son genre.

Véronic Dicaire en studio. Cauvin. PO

Legging deux tons, veston blanc, talons hauts et verres fumés, elle me tend la main, tout sourire. J’ai peine à croire que cette femme si menue est celle qui livre des performances à faire lever les foules, des deux côtés de l’océan. Et pourtant, les faits sont là. Entre 2010 et 2012, Véronic DiCaire a fait 12 fois l’Olympia de Paris et donné des représentations un peu partout en France, en Suisse et en Belgique. Entre juin 2013 et 2015, elle s’est installée à Las Vegas, pour présenter Voices, un spectacle conçu pour les États-Unis, dans lequel elle personnifie 50 des plus grandes chanteuses américaines et internationales. Et ce n’est pas tout, elle danse! L’hiver dernier, l’imitatrice s’est rendue en demi-finales de la compétition Danse avec les stars, diffusée sur les ondes de TF1, en France. En mars 2016, elle présentait son premier DiCaire Show sur France 2, une émission de divertissement où figuraient de grandes vedettes françaises. À croire qu’elle peut tout faire!

Peut-être, mais elle bosse! Si elle peut dégager autant d’énergie sur scène, c’est qu’elle a d’abord consacré beaucoup d’heures à observer et à écouter ses victimes pour parfaire ses imitations. Vaste et diversifié, son répertoire de 113 voix (aux dernières nouvelles) va aujourd’hui de Christina Aguilera à Ginette Reno en passant par Lady Gaga, Adele, Édith Piaf et bien d’autres. C’est vrai que la nature l’a gratifiée d’une anomalie – une corde vocale plus petite que l’autre – qui lui permet de déguiser sa voix. L’imitatrice doit néanmoins s’approprier chaque personnage, telle une actrice avant un tournage. « Ma perception d’une voix n’est pas toujours juste. Ma coach m’aide à décortiquer et à décliner le mécanisme des voix, pour que j’arrive à les comprendre et à les reproduire. » Entre elles, pas question de météo, mais de gorge, de langue, de nez et de palais.

Au travail de voix s’ajoute la personnification des interprètes par la gestuelle, le phrasé, l’attitude. « La posture m’aide à finaliser l’imitation », dit-elle, avouant du même souffle que ça peut aller dans l’autre sens. Si bien qu’en prestation, elle arrive à nous émouvoir, tant elle touche à l’essence de ses chanteuses, et à nous faire rire, lorsqu’elle pousse un peu la caricature. D’ailleurs, rares sont les femmes qui occupent si brillamment ce créneau du showbiz.

Véronic Dicaire en studio. Cauvin. PO

L’Open Véronic DiCaire

Si Véronic se donne beaucoup sur la scène et sur les plateaux de télé, c’est sur un terrain de golf qu’elle évoluera sous peu, avec des centaines d’autres joueurs. La chanteuse promet que l’Open Véronic DiCaire, qui se tiendra du 11 au 13 juillet au Club de Golf Le Mirage à Terrebonne, sera mémorable. Cette cinquième édition du tournoi permettra à près de 500 golfeurs de fouler les prestigieux verts du Mirage en deux jours, et à près de 3 500 personnes d’assister à un spectacle exclusif sous un grand chapiteau.

Celle qui se décrit candidement comme une « golfeuse sociale qui aime discuter dans le cart et être bien habillée » explique le concept: « Le 11 juillet sera une journée de golf pleine d’activités, où on donnera priorité aux groupes franco-ontariens. Le 12, 24 artistes se joindront aux joueurs pour un tournoi de célébrités. Les deux soirées se termineront par un souper-spectacle. » Le 13 juillet, le chapiteau sera encore ouvert au grand public, en formule spectacle ou souper-spectacle.

Tous les profits du tournoi iront à la Fondation Véronic DiCaire, qui encourage les activités artistiques des jeunes francophones canadiens, ainsi qu’à la fondation evenko, qui soutient les jeunes de la relève dans les arts de la scène. La Franco-Ontarienne se souvient de ses débuts difficiles. « Chez moi, dans mon Ontarie, on était comme des Gaulois. On devait se battre constamment pour se faire entendre. Ici, au Québec, il y a des subventions, des appuis, des concours comme La Voix, des écoles de musique… Mais il y a des communautés francophones où les jeunes artistes n’ont pas le soutien nécessaire pour démarrer leur carrière. Je veux aider les jeunes en leur fournissant ce qui leur manque, un piano, des souliers de danse, etc. Et je me rends compte qu’il y a beaucoup de besoins dans le milieu scolaire. On soutient beaucoup les sportifs, mais pourquoi pas les jeunes artistes? »

Et ça continue…

Même si la formidable aventure de Las Vegas est terminée, Véronic croit qu’elle aura certainement une suite, mais pas prochainement. À venir plutôt cet été, plusieurs festivals, un peu partout au Québec. Puis, à l’automne, l’imitatrice se retirera quelque temps pour « écrire un nouveau show et travailler la mise en scène ». Son énergie sera ensuite concentrée sur l’Europe francophone et anglophone, comme le précise Rémon Boulerice, son agent, conjoint et complice: « Une première opération de séduction est prévue à Rotterdam, aux Pays-Bas, et à Anvers, en Belgique, à la fin d’octobre. » Véronic présentera pour la première fois son spectacle anglophone sur le territoire européen. La chanteuse voit loin: « On va commencer à tester le marché canadien-anglais, que je n’ai jamais visité. Mon rêve serait de faire à la fois un show anglais et un show français dans une même ville canadienne. »

Pour l’instant, une cinquantaine de spectacles sont prévus pour 2017, en Europe. Au-delà du défi artistique que pose cette tournée perpétuelle, Véronic relève le défi logistique des… valises. « Vivre dans ses valises, c’est un gros défi! Je suis une championne des valises, je pourrais écrire une chronique là-dessus! » Une chronique de Véronic? On aime!

Pour toutes les infos sur l’Open Véronic DiCaire: www.fondationveronicdicaire.com. Pour suivre ses tournées: www.veronicdicaire.com.

Véronic Dicaire à l'Olympia. scène. Cauvin. PO***

L’imitation qui vous a donné le plus de fil à retordre?

Il y en a deux. Tina Turner, d’abord, que je pensais ne jamais réussir. L’autre, c’est Barbra Streisand. Je pense que j’ai passé six mois à faire des essais ratés.

Celle qui vous demande la plus grande concentration?

Adele. Cette chanteuse-là, c’est comme un bon vin, qui peut tourner ou se bonifier, qui doit respirer… Adele, c’est une chanteuse que je dois revisiter chaque fois.

Celle que vous rêvez d’ajouter à votre répertoire?

Je dirais… une voix lyrique. J’ai beaucoup d’admiration pour ce type de voix. C’est une technique complètement différente de la mienne, et ça pique ma curiosité.

Celle à laquelle vous avez dû renoncer?

Nicki Minaj, une rappeuse américaine. Je l’ai testée quand j’ai commencé à travailler sur mon répertoire américain, mais son débit est beaucoup trop rapide, surtout en anglais.

- Sylvie Lamothe

Photographie: Julien Cauvin

Commentaires

commentaires