D’ado rebelle à artiste vedette

13 juin 2016

Son album Limoilou est sorti en septembre 2015 et, depuis, elle enchaîne les premières parties d’artistes solidement ancrés dans le paysage musical : Karim Ouellet, les sœurs Boulay, Pierre Lapointe, Groenland, ou encore Lou Doillon. La révélation de l’année musicale 2015 s’appelle Safia Nolin, et vous n’avez pas fini d’entendre parler d’elle.

Safia2_Le_Petit_Russe

Dans le café où nous nous rencontrons, une inconnue l’aborde. C’est l’effet Tout le monde en parle, et un début de célébrité pour la chanteuse de Québec dont les affiches tapissaient les couloirs du métro de Montréal ces derniers mois.

Ce premier album est très sombre. Solitude, tristesse et incompréhension sont livrées à l’auditeur dans un style dépouillé qui laisse toute la place à une voix bien présente. Sur ses malheurs de jeune fille, Safia Nolin a crié un bon coup, comme un message pour tous ceux qui, eux aussi, sont passés par une mauvaise période. « Quand t’es dans la merde, t’as l’impression que ça va rester comme ça tout le temps, t’en vois plus le bout. Mais la vie bouge et tout peut devenir cool. »

C’est qu’elle revient de loin, Safia : décrocheuse à 15 ans, elle passe ses journées chez elle devant une PlayStation, sans amis, à manger ce qui lui tombe sous la main. Du fond du trou où elle se trouve, elle décide d’écrire une chanson, « pour le fun ». C’était son rêve de petite fille, « être Céline »! Elle apprend en autodidacte, regarde des vidéos sur Internet, suit deux cours de chant pour placer sa respiration. En 2012, le Festival international de la chanson de Granby la révèle, elle qui s’y était inscrite sans trop y croire. Les choses s’enchaînent ensuite à toute vitesse.

Voir les choses en grand, tout simplement

« Sur cette scène, j’ai réalisé que j’aimais vraiment ça faire de la musique! C’est là que j’ai eu la piqûre. » Une démo plus tard, elle est choisie par la maison de disque Bonsound qui s’occupe maintenant de tous les aspects de sa carrière. Son premier opus sort en septembre 2015, puis se succèdent les spectacles et les entrevues. L’élève rebelle a fait du chemin : « Aujourd’hui, j’ai l’impression d’avoir prouvé à tous mes profs que, oui, j’avais des problèmes de comportement, mais que ça pouvait donner quelque chose! »

Avant de monter son propre spectacle, Safia pense à son prochain album, pour 2017. Mais n’attendez pas de musique joyeuse, maintenant que tout va bien pour elle : « Je garde les bonnes choses dans mon petit cœur et carbure dessus, c’est le reste qui a besoin de sortir! J’écrirai peut-être sur mon anxiété alors! », lance-t-elle en éclatant de rire.

Son rêve ultime serait une tournée avec un anglophone, pourquoi pas aux États-Unis? Pas pour chanter en anglais, mais pour faire de la musique en français, ailleurs : « Björk l’a fait, pourquoi pas moi? J’ai envie d’aller défoncer des portes! »

À 24 ans seulement, Safia veut voir les choses en grand : « T’as le choix de rêver plus ou moins gros. Moi je veux rêver énorme et il va arriver des affaires à la hauteur de mes attentes. Et en même temps je n’ai pas d’attentes : sortir un album, c’était déjà assez pour moi. Avoir le droit de faire de la musique, être payée pour aller chanter, c’est juste fou! »

Pour les curieux et pour les déjà conquis, Safia tournera au Québec tout l’été. Après les Francofolies, on pourra la voir sur scène au Festival d’été de Québec et à Osheaga.

Pour connaître les dates de sa tournée : www.safianolin.com

pochettecd

Ils lui ont tendu la main (parmi bien d’autres)

Sa mère : C’est elle qui lui a remis une petite annonce du Festival international de la chanson de Granby découpée dans le Journal de Québec. « Inscris-toi! », lui a-t-elle dit.

Philippe Brault : C’est l’homme-orchestre. Il lui a trouvé sa maison de disque, l’a lancée et a réalisé son album, en trouvant le style et la couleur qu’elle cherchait à tâtons.

Pierre Lapointe : Il l’encourageait, et répondait présent à toutes ses questions. C’est un des premiers à avoir reçu l’album, et lui qui en a trouvé le titre avec Claudine Prévost.

- Aline Noguès

Photographie: Le Petit Russe

Commentaires

commentaires