Dynamiser la vie de quartier avec une Cabane à films

22 avril 2015

Coup de coeur 5

Il suffit parfois d’une bonne idée pour changer la dynamique d’un quartier. Zoé St-Hilaire et Achille Rouan-Leroux, 13 ans, l’ont trouvée. En partenariat avec le Regroupement des tables de concertation de La Petite-Patrie (RTCPP), ces deux jeunes résidents de l’arrondissement de Rosemont–La Petite-Patrie ont mis sur pied La Cabane à films.

Aller au cinéma coûte cher. Et dans ce quartier de Rosemont–La Petite-Patrie qui abrite de nombreuses familles aux revenus modestes, cela n’est pas donné à tout le monde. C’est pourquoi l’idée d’offrir des projections de film gratuites dans le parc Montcalm, qui longe l’avenue Papineau entre les rues Saint-Zotique et Bélanger, a un jour germé dans l’esprit d’Achille Rouan-Leroux, 13 ans, et de sa mère. Ils ont ensuite présenté leur projet au Regroupement des tables de concertation de La Petite-Patrie qui les a aidés à le concrétiser.

« Notre rôle est d’aider les résidents à réaliser leur projet s’il correspond à nos critères. Or, La Cabane à films y répondait parfaitement. C’est une façon de lutter contre la pauvreté en plus de donner accès à la culture à des familles et à des personnes qui n’en ont pas les moyens », raconte Rachel Heap-Lalonde, agente à la mobilisation dans l’arrondissement Rosemont–La Petite-Patrie.

Privilégier des films instructifs

« Chaque mois, trois titres de films sont proposés sur la page Facebook de La Cabane à films. Le public est alors invité à voter pour celui qu’il souhaite voir », explique Zoé St-Hilaire qui va à la même école qu’Achille et qui, désormais, l’aide à promouvoir le projet. Le titre qui récolte le plus de votes est ensuite sélectionné et diffusé gratuitement dans le chalet du parc Montcalm, au 6885, avenue Papineau. « L’originalité du projet, ajoute Achille, est que nous souhaitons diffuser des films à caractère social, et non des productions hollywoodiennes. Nous voulons faire réfléchir les jeunes, leur apprendre des choses. »

Les deux premières projections, diffusées en mars et en avril, ont respectivement présenté Joue-la comme Beckham de Gurinder Chadha et Va, vis et deviens de Radu Mihaileanu. Et le public était au rendez-vous. Un bel encouragement pour ces deux jeunes qui souhaitent faire des projections à l’extérieur, dans le parc, dès cet été. Et bien sûr, à plus long terme, ils se voient bien travailler dans le milieu du cinéma…

- Diane Stehlé

Commentaires

commentaires