Être vegan, en famille

16 juin 2016

Geneviève Bélanger, Jean-Sébastien Plouffe et leurs trois adolescents de 14, 15 et 17 ans ont adopté un mode de vie vegan en 2010. Pratiquement du jour au lendemain. Aujourd’hui, ils se portent tous à merveille et n’ont jamais remis en question leur décision. Malgré les petites embûches que la famille rencontre de temps à autre, ils sont non seulement convaincus, mais aussi fiers des valeurs auxquelles ils adhèrent quotidiennement.  

IMGP0237

Il n’y a pas si longtemps, on ne savait pas exactement ce que « vegan » ou « végétalien » voulait dire. Et ce qu’on ne connaît pas fait peur.

Être végétalien signifie qu’on ne consomme aucun produit qui provient de l’exploitation animale, soit la viande ou le poisson, mais également les produits laitiers, les œufs et le miel. Être vegan va un peu plus loin et constitue en un véritable mode de vie qui ne concerne pas que la simple nourriture : on ne porte pas de cuir ou de laine, ni même de soie, et on n’utilise pas de produits cosmétiques ou ménagers qui sont testés sur les animaux.

Si cela peut sembler restrictif, Geneviève et Jean-Sébastien sont l’antithèse de ce à quoi on pourrait s’attendre quand on rencontre des vegans. Tous deux triathlètes, elle a une entreprise de services financiers tandis que lui possède une entreprise de gestion immobilière. Ils habitent une belle grande maison à Repentigny et ont deux voitures, activités parascolaires des enfants obligent.

Leurs enfants ressemblent à ceux que l’on pourrait croiser au Burger King ou au Dairy Queen. En arrivant à la maison, ils se dirigent directement vers le frigo devant lequel ils « scènent », comme des adolescents normaux, à la recherche de collations. C’est que… normaux, ils le sont! Contrairement à la croyance populaire (qui s’estompe à la vitesse « grand V », si on en croit l’augmentation des restaurants et épiceries vegans comme Aux vivres et Invitation V), être vegan ne veut pas dire qu’on renonce à la vie. Mais plutôt «qu’on choisit la vie », comme le dit Geneviève. « Chez nous, personne n’est jamais malade », poursuit Jean-Sébastien.

« Jean-Sébas et moi sommes des fat-vegans, explique la jeune femme. Nous avons toujours fait de la cuisine gastronomique. » C’est peut-être ce qui explique le succès de leur « virage » vegan. Leurs amis – qu’ils soient vegans ou non – ont toujours hâte de recevoir une invitation!

Le point tournant : le documentaire Forks Over Knives

Geneviève est une fille « de cause ». « Je rêvais de remplacer David Suzuki », relate en riant celle qui détient un baccalauréat en biologie environnementale. « C’est lors du visionnement du film documentaire Forks Over Knives que tout a commencé », explique-t-elle. Ce documentaire conclut que la plupart des maladies peuvent être contrôlées – voire éradiquées – en supprimant toute nourriture de source animale ou transformée. Une période d’intenses lectures scientifiques a suivi, notamment celle de How Not to Die, du médecin Michael Greger.

Le sort en était jeté. La bibliothèque de la famille Bélanger-Plouffe s’est enrichie de semaine en semaine de nouveaux livres de recettes, de livres portant sur la nutrition et de DVD sur le sort inhumain réservé aux animaux.

L’expression « pas le droit » est interdite!

Pour les enfants, c’est surtout l’aspect « protection des animaux » qui est important. « Jean-Sébastien et moi avons adopté une approche informative auprès d’eux. Nous leur fournissons des explications et ce sont eux qui font leurs choix. Chez nous, l’expression pas le droit n’a pas sa place. Le véganisme, ce n’est pas une religion! »

Les difficultés?

Selon Geneviève, s’il est parfois difficile de trouver des produits qui permettent de préparer des plats entièrement vegans, le vent est en train de tourner. Les grandes surfaces commencent à offrir des produits bios et vegans. Pour ce qui est des restaurants, la question est réglée. Les restaurants vegans sont très populaires auprès de tous, vegans ou non vegans. Et on y mange merveilleusement bien.

Et puis il y a les invitations chez les amis… « Il faut s’habituer à apporter notre nourriture. Nos familles et amis le comprennent plutôt bien. Ils savent qu’en s’y opposant, ils ne respecteraient pas nos valeurs. Ils tiennent à notre amitié! »

Astuces pour un passage réussi au véganisme

  • Cuisiner des plats variés (se procurer des livres de recettes, il en existe des centaines!)
  • Innover et être créatif : toujours être à la recherche de nouveaux produits qui combleront les besoins de toute la famille
  • S’informer : regarder des documentaires, lire des livres
  • Réseauter : s’abonner à des infolettres de sites vegan, à des pages Facebook ou des blogs d’échanges entre vegans
  • Ne jamais dire (et se dire) « pas le droit » de ceci ou cela!

- Renée Senneville

Photographie: Jean-Jacques Bourdages

Commentaires

commentaires