François-Guy Thivierge – D’aventure en aventure

18 novembre 2014

Une nouvelle distinction s’est ajoutée au lot de l’alpiniste et entrepreneur François-Guy Thivierge : la Médaille d’honneur de l’Assemblée nationale. Symbole de la reconnaissance de ses nombreux accomplissements, cette distinction représente beaucoup pour l’alpiniste de Québec, qui l’accepte avec honneur et humilité. Retour sur un parcours qui a de quoi susciter l’admiration.

Avec ses 3 000 ascensions dans 25 pays du monde, François-Guy Thivierge est un exemple de courage et de détermination. Ce sont d’ailleurs les principales valeurs qu’il souhaite véhiculer à travers la conférence À chacun son Everest, qui vise à motiver les gens dans l’atteinte de leurs objectifs personnels.

Avec la volonté et l’optimisme qu’on lui connaît, François-Guy a réussi l’exploit d’atteindre les plus hauts sommets de chaque continent en seulement deux ans et dix mois. Comme si ce n’était pas assez, il est ensuite parti au pôle Nord, puis au pôle Sud en expédition de ski.

Sorti grandi de chacune de ses expériences, François-Guy doit tout de même admettre qu’une montagne l’a particulièrement marqué : l’Everest. « C’est l’accomplissement ultime, nous dit-il. L’Everest, c’est manquer d’oxygène au sommet, marcher entre la vie et la mort, perdre 30 livres, se préparer pendant deux ans. La seule énergie qu’il te reste, c’est la motivation à te rendre jusqu’au bout. » Après une ascension de 53 jours, il a pu profiter du sommet pendant une heure trente, avant de devoir redescendre. Mais la partie n’était pas gagnée : « Le meilleur alpiniste n’est pas celui qui monte l’Everest, dit-il. C’est celui qui en redescend vivant. » Finalement arrivé après une descente exténuante de trois jours, il se sentait mieux que jamais, empli d’un fort sentiment d’accomplissement.

Pour réussir chaque ascension, il est primordial pour François-Guy d’y aller étape par étape, de ne pas paniquer en voyant la montagne comme un obstacle insurmontable. « Si l’on est bien entouré et bien préparé, aucun sommet n’est inatteignable. Et il ne faut surtout pas écouter les gens qui essaient de nous décourager. » S’il avait écouté ces gens, François-Guy Thivierge serait aujourd’hui professeur d’éducation physique et il serait passé à côté de plusieurs expériences inoubliables. « Pourquoi quelqu’un qui ne connaît rien à l’escalade pourrait te dire que c’est impossible? », dit-il. Son vécu, ses ascensions et le succès de son centre d’escalade montrent que tout est possible quand on y met les efforts nécessaires.

IMG_0754

L’entrepreneur

Une autre réalisation dont il est bien fier : avoir fondé le Roc Gyms, le premier centre d’escalade intérieure au Québec. Situé sur l’avenue du Colisée, le Roc Gyms comprend quatre grandes salles d’escalade en hauteur et d’autres salles d’escalade de blocs. Après 21 ans d’existence, le centre d’escalade compte une clientèle annuelle de 55 000 personnes, dont des centaines de membres réguliers.

François-Guy Thivierge est également l’instigateur de trois centres de via ferrata, situés dans les Palissades de Charlevoix, la Vallée Bras-du-Nord et le Canyon Sainte-Anne, ce dernier étant le premier parc de via ferrata en Amérique du Nord. La via ferrata, c’est un parcours sécurisé en montagne qui allie randonnée pédestre et escalade. L’activité permet de profiter d’une journée en plein air et de paysages époustouflants. Il s’agit d’une bonne manière de s’initier à l’escalade, tout comme dans les centres d’escalade intérieure.

François-Guy Thivierge est également l’auteur du livre Aux sommets, qui s’est vendu à plus de 5 000 exemplaires. Il est propriétaire d’une auberge au lac Pohénégamook et copropriétaire de la Galerie Lounge à Québec. Ses prochains projets? Poursuivre ses expéditions à travers le monde et produire une émission de télévision qui fait découvrir les plus belles montagnes du Québec et de la Nouvelle-Angleterre. Il n’y a pas à dire, François-Guy Thivierge a plus d’une corde à son arc et il mérite grandement toutes les distinctions qu’il reçoit.

- Joannie Langlois

Photographie: Stéphanie de la Ronde

Commentaires

commentaires