Glenn B. Miller – Homme d’affaires et de passion

5 octobre 2015

Glenn-7237

Président et fondateur de MBG Finance, Glenn B. Miller a une carrière d’entrepreneur impressionnante. Il est aujourd’hui également mentor et conférencier au programme de MBA de l’Université McGill afin de transmettre son expertise en redressement d’entreprises aux futurs entrepreneurs. Amoureux de l’art, il est aussi mécène et possède sa propre galerie à Montréal. Rencontre avec un homme d’affaires inclassable.

Homme d’affaires réputé, Glenn B. Miller se destinait pourtant à une tout autre carrière : celle de footballeur. Quitter le sport a été une décision difficile à prendre, mais Glenn trouve sa voie en travaillant pendant huit ans au sein de deux importantes compagnies spécialisées dans les avantages sociaux. Grâce à l’expertise acquise, il est ensuite repéré par une firme américaine qui lui confie un mandat bien particulier : redresser les opérations de l’Hôpital américain de Moscou. Glenn devient ainsi l’un des premiers Canadiens à travailler en Russie après la chute du communisme.

Ayant eu vent de son talent, le Mouvement Desjardins lui propose peu de temps après le poste de vice-président au développement des affaires. Il a alors 31 ans. Il y restera huit ans. « Ce travail m’a beaucoup apporté et m’a bien préparé à ma carrière d’entrepreneur », commente celui dont le regard franc, le sourire charmeur et l’évident charisme évoquent plutôt l’acteur hollywoodien que le chef d’entreprise. N’ayant en poche qu’un bac en éducation, Glenn finit toutefois par se heurter à un mur : « Sans MBA, il est très difficile d’évoluer dans ce milieu corporatif. » Or, l’homme a besoin de nouveaux défis. En 2002, on lui propose la présidence des Alouettes de Montréal. L’affaire est très médiatisée et son nom est désormais connu de tous les gens d’affaires. C’est que Glenn a un autre projet en tête : fonder sa propre entreprise. Il crée Emergia Capital, une firme spécialisée dans le financement de compagnies en réorganisation.

Son entreprise va bon train et fait même plusieurs acquisitions. Jusqu’à ce que, en 2008, la crise financière américaine le frappe de plein fouet. « Ma banque de Chicago a fait faillite et j’ai perdu mon financement. Ça a été l’une des plus grandes leçons de ma vie. J’ai compris qu’une entreprise n’est jamais à l’abri d’une crise financière et qu’elle est étroitement liée à l’économie mondiale. » Il en ressort avec une nouvelle philosophie : « J’ai décidé de ne plus faire affaire avec une banque. » MBG Finance, qu’il fonde en 2009 et dont la mission est d’aider les entreprises en très forte croissance ou, à l’opposé, en restructuration, se base sur un fonds privé et un financement alternatif.

Glenn-7272 Hi Res

Former la relève

Ironie du sort, Glenn Miller a été choisi il y a cinq ans pour être mentor et conférencier auprès des élèves du programme de MBA de l’Université McGill, alors que lui-même ne possède pas cette formation. « C’est ma façon de retourner à l’école », dit-il à la blague, en ajoutant « qu’on n’apprend pas à redresser une entreprise à l’université ». Or, il en sait long sur le sujet. L’homme d’affaires est aussi très demandé par les dirigeants d’entreprise à qui il fournit des services de coaching : « Souvent, ce sont les mauvaises décisions qui entraînent les situations financières fâcheuses. J’aide les entrepreneurs à les éviter. »

Au-delà de l’expertise et des connaissances, celui qui pourrait compter parmi les dragons de l’émission L’œil du dragon (ce qui ne lui déplairait pas, nous dit-il un sourire en coin) pense que les premières qualités pour être entrepreneur sont la passion et la détermination. « Je connais de nombreux cadres qui n’ont pas le courage de faire le saut parce qu’ils veulent un salaire fixe et des avantages sociaux. Pour devenir entrepreneur, il faut avoir confiance en ses capacités et ne pas se laisser envahir par l’insécurité. Qu’on soit propriétaire d’un petit restaurant ou d’une firme d’informatique, la réalité d’un entrepreneur est la même : tout est à recommencer chaque jour. »

Du courage, Glenn n’en a jamais manqué. Lorsqu’il a quitté la situation confortable qu’il occupait au Mouvement Desjardins  ̶  même s’il était déjà consultant  ̶ , son père lui a demandé inquiet : « Pourquoi fais-tu ça? ». Ce à quoi Glenn a répondu : « Je veux être libre et ne pas dépendre de l’argent. » Libre de gérer ses journées comme il l’entend. « Parce que le vrai luxe, s’empresse-t-il d’ajouter, c’est d’être maître de son temps. »

Pour plus d’informations :

Glenn Miller
Tél. : 514 699-7108
www.mbgfinance.com

glenn@mbgfinance.com

La galerie-atelier Lisabel

« Je n’aime pas le monopole que les galeries d’art ont sur les artistes. Certaines prennent 80 % du revenu de vente des œuvres, et très peu d’artistes peuvent vivre de leur art. » Voilà pourquoi Glenn a décidé de fonder sa propre galerie il y a huit ans et de miser sur le Web pour faire connaître sa conjointe, la peintre Lisabel. Ensemble, ils ont aménagé, au cœur de Griffintown, une galerie de 4 000 pieds carrés qui offre une expérience sensorielle unique. Grâce à son talent et sa vision, Glenn a réussi à introduire au sein de cette industrie traditionnelle un nouveau modèle d’affaires fondé, non plus sur l’art, mais sur une marque, un concept, qui attire les acheteurs des quatre coins du monde et démocratise l’art afin qu’il soit accessible à tous.

www.lisabel.ca

- Diane Stehlé

 

Commentaires

commentaires