Ils inventent la crème glacée sans congélation

18 novembre 2014

Lorsque je les rencontre, Karine Paradis et Jonathan Khouzam ont le sourire aux lèvres et sont animés d’un enthousiasme contagieux. Et pour cause, ces deux étudiants de l’Université McGill ne pensaient pas susciter autant d’attention médiatique avec leur invention : une crème glacée qui peut se conserver dans une armoire, sans être congelée.

Pour transformer le liquide en crème glacée, il suffit de secouer le pot et de le placer au congélateur. En quatre heures, le produit passe d’une texture onctueuse digne d’un smoothie à celle d’une crème glacée traditionnelle. Le secret réside dans le choix des stabilisateurs naturels et de l’emballage.

Les différentes masses moléculaires des sucres choisis limitent la formation de cristaux qui transformeraient le liquide en bloc de glace. Quant à l’emballage, il contient un gaz qui crée des bulles empêchant elles aussi la formation de glaçons. Ce dessert glacé unique au monde se présente pour le moment dans de petits pots individuels.

Karine Paradis et Jonathan Khouzam l’ont créé dans un laboratoire de l’Université McGill lors d’un simple cours de science de la Pre Salwa Karboune. « Nous devions faire une étude de marché et trouver une niche pour quelque chose de nouveau », explique Karine.

En juin dernier, les inventeurs ont participé à la IFTSA & Mars Food Product Development Competition, un prestigieux concours international de création alimentaire. Ils se sont classés troisièmes, devant plus de 120 000 professionnels de l’industrie agroalimentaire. Cela faisait 25 ans qu’un produit canadien ne s’était pas rendu en finale à ce concours. « Dès ma première apparition à la télé, certains fournisseurs et investisseurs se sont montrés intéressés », raconte Karine.

En effet, cette nouvelle sorte de crème glacée comporte bien des avantages. Imaginez : même à 30 degrés Celsius dans la voiture, plus la peine de s’inquiéter de voir fondre notre crème glacée. Idem pour l’autobus ou le métro. Côté approvisionnement, le produit pourrait considérablement abaisser les coûts de production et de stockage puisque 70 % de ceux-ci sont liés à la réfrigération.

group-1

Une expérience gastronomique avant tout

En plus de présenter de multiples avantages pratiques, cette crème glacée est sans gluten, sans lactose et sans cholestérol. De plus, une portion comporte 57 % des apports en fibres dont notre corps a besoin quotidiennement. « C’est un produit végétalien hypersanté, mais c’est avant tout une expérience gastronomique incroyable. Nous ne voulions pas faire de compromis sur le goût », tient à préciser Jonathan.

À long terme, les deux étudiants voient bien leur crème glacée remplacer les traditionnels chocolats et fleurs à la Saint-Valentin. « Ce serait un cadeau formidable pour une peine d’amour », dit à la blague le jeune homme de 22 ans.

Avant de pouvoir le commercialiser, Karine et Jonathan doivent toutefois continuer de développer leur produit et d’en travailler les moindres détails. Ils doivent aussi préparer un plan d’affaires, obtenir les approbations des instances gouvernementales et lui faire passer des tests de qualité. « Il nous reste plusieurs étapes à franchir avant qu’il soit sur les tablettes. Nous avons aussi plusieurs possibilités pour le commercialiser. Mais quel que soit le chemin que nous prendrons, nous sommes entourés de personnes qui croient en notre projet. Nous sommes donc très confiants », conclut Karine.

Gageons que, d’ici deux ans, nous aurons dans notre cuisine, à côté des boîtes de sauce tomate et de haricots rouges, nos réserves de crème glacée!

- Diane Stehlé

Photographies: Mikaël Theimer

Commentaires

commentaires