Institut François de Courval – Faire peau neuve avec dame nature

8 avril 2013

Comme un infatigable chercheur d’or, François de Courval poursuit depuis 50 ans une quête de sens, dans l’univers de la régénérescence cellulaire de la peau, et une quête de beauté avec sa principale alliée, la nature.

« On ne commande la nature qu’en lui obéissant ». C’est par ce précepte que le philosophe anglais Francis Bacon a laissé entendre que pour tirer profit de la nature, il faut d’abord l’étudier et la comprendre. Guidé par cette vérité à travers les décennies, François de Courval peut se targuer, à l’âge de 84 ans, d’avoir brillamment fait ses preuves. L’Institut François de Courval, qui célèbre son 50e anniversaire en 2013, en témoigne par sa réussite incontestable. Pas surprenant quand on connaît la philosophie du dermoesthéticien : « Je travaille de façon consciencieuse, pondérée et mesurée. Après 50 ans, on n’a pas le droit à l’erreur, on a une obligation de résultat. C’est pourquoi je rencontre personnellement chaque cliente, je pose un diagnostic et j’établis un protocole de soins précis, adapté à chaque cas. Il arrive que ça prenne plus de temps, mais la nature répond toujours à mon appel. » Une conscience professionnelle qui lui aura d’ailleurs valu le lauréat du prix du Choix du consommateur deux années de suite.

QUÊTE DE SENS
Le cheminement de François de Courval a suivi la route dictée par son intérêt pour l’esthétisme et la féminité. D’abord coiffeur durant sept ans, il lâche tout pour partir à Paris, en 1962, suivre un cours d’esthétique et de maquillage. Commence alors son long questionnement sur les fonctions biologiques et physiologiques du plus lourd organe du corps, la peau. À son retour au Québec, il fonde l’Institut François de Courval et poursuit ses recherches, frustré des résultats obtenus avec la cosmétologie de l’époque qu’il juge limitée et insatisfaisante. On traitait alors la peau en la nourrissant de crèmes grasses (qui ne se souvient pas du fameux cold cream?) plutôt que de la stimuler dans ses fonctions régénératrices. Pour le perfectionniste qu’il est, non seulement cette technique n’a pas de sens, mais elle ne donne pas les résultats escomptés. Son flair le mène à poursuivre ses recherches sur le terrain des produits naturels actifs dont la synergie avec les tissus est susceptible de créer une action régénératrice.

Ma fierté, c’est d’avoir continué là où les autres se sont arrêtés.  J’ai compris la nature, je l’ai devinée et, en la laissant reprendre ses droits, je n’avais plus qu’à la suivre. Quand on l’invoque, la nature est miraculeuse.

Après 19 années d’expérimentation et de piétinement, il trouve enfin la formule qui le conduira vers un succès technique, professionnel et commercial incontestable : la méthode Biovalmd, un traitement innovateur qui stimule la peau et décuple sa capacité naturelle de se réparer, de s’embellir et de se reconstruire. Axée sur le pouvoir des enzymes d’éliminer les cellules mortes, les toxines et autres déchets de la peau et d’accélérer la régénérescence des tissus et des cellules, cette approche de François de Courval et de son équipe a littéralement imposé une nouvelle norme dans le domaine des soins de la peau. « Ma fierté, c’est d’avoir continué là où les autres se sont arrêtés. J’ai compris la nature, je l’ai devinée et, en la laissant reprendre ses droits, je n’avais plus qu’à la suivre. Quand on l’invoque, la nature est miraculeuse. »

QUÊTE DE BEAUTÉ
Le moins qu’on puisse dire à propos de François de Courval, c’est que le monde de la femme est un univers qu’il a totalement apprivoisé et où il évolue à son aise. Sensible et intuitif, le dermoesthéticien entretient un rapport fructueux avec les femmes. Il les apprécie et les respecte, et elles le lui rendent bien, selon lui. Peut-être est-ce parce qu’il se soucie de leur beauté? Sa conception de la beauté, pourtant, englobe bien autre chose. « Une belle femme, pour moi, est une personne habitée, qui irradie et qui a du charisme. La beauté, c’est quelque chose d’authentique, de profond, d’inspirant. C’est ce que l’âme traduit par le visage et les yeux. L’âge n’a pas importance. » Un discours mature et poétique qui va à contre-courant des diktats actuels d’une société qui magnifie la jeunesse et la beauté dans ce qu’elles ont de plus superficiel, sans doute pour mieux les vendre. L’octogénaire, lui, a eu le temps de réfléchir à fond sur la question, parce qu’il a aspiré toute sa vie à rendre hommage à la beauté de la femme. Comment résumer sa quête? « Célébrer la beauté, c’est aller chercher la nature dans sa primauté, dans ce qu’elle a de plus fondamental. »

FONDATION FRANÇOIS DE COURVAL
En avril prochain, l’Institut marquera son 50e anniversaire en inaugurant officiellement la Fondation François de Courval inc. créée pour venir en aide aux enfants de mères monoparentales qui ne peuvent pas exprimer leur talent – pour les études, le sport, la musique, etc. – sans une aide financière extérieure. Aussi l’homme d’affaires, préparant ainsi sa succession, entend-il léguer l’ensemble de son patrimoine à ce fonds afin de « redonner aux femmes » qui, selon ses dires, lui ont permis de découvrir ce qu’il sait aujourd’hui. « Je ne suis pas un scientifique de formation, mais j’ai avancé avec la rigueur et le professionnalisme d’un scientifique. » Et avec la créativité d’un artiste, pourrait-on ajouter. Ce qui lui vaut aujourd’hui la reconnaissance de centaines de femmes heureuses d’avoir rencontré ce précurseur sur leur chemin vers la… plénitude.

- SYVLIE LAMOTHE
PHOTOGRAPHIES : MICHEL ROY

1510, Chemin Sainte-Foy
Québec, Qc G1S 2P3
Téléphone : 418 681-1510
www.institutfrancoisdecourval.com

Commentaires

commentaires

Un Commentaire »