Interprète avant tout

2 octobre 2015

MTFortin _Credit Julie Perreault

On l’a vu incarner une brûlante cinquantenaire au cinéma (Les grandes chaleurs), une truculente Germaine Lauzon dans Les Belles-sœurs et une attachante mère et radio-oncologue (Claire Hamelin) dans Mémoires vives. Qu’elle joue au cinéma, à la télévision, au théâtre ou qu’elle chante, parce qu’elle chante aussi, Marie-Thérèse Fortin le fait avec brio! Rencontre avec une femme aux multiples talents.

Le milieu artistique, pourtant, elle n’est pas tombée dedans quand elle était petite. Marie-Thérèse Fortin a été élevée sur une ferme laitière à Saint-Octave-de-Métis dans le Bas-du-Fleuve. Comme elle était la plus jeune d’une famille de 10 enfants, elle est en quelque sorte la Céline Dion de son patelin…

En femme polyvalente, elle a relevé de nombreux défis depuis sa sortie du Conservatoire d’art dramatique de Québec, en 1982. Elle a, entre autres, assuré la direction artistique du Théâtre du Trident à Québec, de 1997 à 2002, et repris ce rôle pour le Théâtre d’Aujourd’hui à Montréal, de 2004 à 2012. Cela ne l’a pas empêchée de poursuivre sa carrière de comédienne en parallèle. À la télé, on l’a vue dans 4 et demi, puis dans Le monde de Charlotte et Un monde à part, où elle incarnait Françoise, un rôle qui lui a valu trois Gémeaux. Et qui ne se souvient pas de Barbara, indispensable secrétaire dans Les hauts et les bas de Sophie Paquin? Ou de l’ardente cinquantenaire qu’elle campait dans Les Grandes Chaleurs de Sophie Lorain? Passant aisément de la comédie au drame, la comédienne incarne chacun de ses personnages avec une justesse et une sensibilité impressionnantes. Est-ce l’authenticité de la femme qui transcende l’actrice? Le fait est que le résultat n’est jamais décevant.

Porter une parole

Bien qu’elle interprète les chansons de Barbara depuis 15 ans et qu’elle ait chanté maintes fois les états d’âme de Germaine Lauzon dans Les Belles-sœurs, Marie-Thérèse Fortin se décrit comme « une comédienne qui chante ». Une comédienne qui chante et qui a aussi fait de la mise en scène… Alors entre la direction artistique et le jeu – au petit et au grand écran comme sur les planches –, en passant par le chant et la mise en scène, où est la vraie place de Marie-Thérèse Fortin? « Je suis avant tout une interprète, quelqu’un qui aime être sur scène et raconter une histoire. Ça se décline différemment selon que c’est au théâtre, à la télé, au cinéma ou sur scène avec un piano, mais le but reste le même : porter la parole de quelqu’un et faire en sorte que les gens y croient et y trouvent du plaisir. »

Et du plaisir, nous en aurons cet automne à suivre Claire Hamelin et sa famille élargie dans Mémoires vives : « La série se poursuit avec plein d’intrigues. L’auteure, Chantal Cadieux, est pleine de ressources et nous réserve beaucoup de surprises. Les liens entre les histoires commencent à apparaître et un aspect judiciaire va ressortir. » Nous pourrons aussi voir la comédienne dans Boomerang, une nouvelle sitcom qui sera diffusée sur les ondes de TVA. « Je joue la mère de Catherine-Anne Toupin, une trentenaire qui revient vivre à la maison avec son chum (Antoine Bertrand), parce qu’ils ont fait faillite. Une mère, disons, trop franche, sûre d’elle-même et qui a la mèche courte. C’est très drôle! Catherine-Anne et Antoine sont extraordinaires. »

Elle sera également en tournée en novembre avec le spectacle Piaf a 100 ans. Vive la môme! conçu et mis en scène par Yann Perreau et initialement présenté en juin dernier, à l’occasion des Francofolies. Enfin, on peut aussi apprécier le talent de Marie-Thérèse au grand écran dans Le journal d’un vieil homme (voir encadré), le dernier film de Bernard Émond. « Ce réalisateur a une démarche tellement personnelle et sincère. Il dirige avec beaucoup de précision, rien ne lui échappe, ajoute-t-elle. J’ai adoré être dirigée par lui. »

« J’ai toujours aimé toucher à tout, surprendre, aller vers de nouveaux horizons », confie-t-elle pour expliquer la diversité de ses choix artistiques. « J’aime provoquer les choses. » Tant mieux pour nous, car tout ce qu’elle provoque génère… du bonheur!

MTFortin_Crédit Films Séville (2)

Le journal d’un vieil homme

L’histoire est celle de Nicolas (Paul Savoie), médecin et homme de science célèbre, qui se sait mourant. Mal marié à une femme plus jeune que lui (Marie-Thérèse Fortin), père d’une adolescente qu’il ne comprend pas, la seule chose qui le rattache à la vie est l’affection de sa fille adoptive, Katia (Marie Eve Pelletier). Toutefois, la jeune femme se débat dans une profonde mélancolie et Nicolas est impuissant devant son désarroi. Confronté aux grandes questions de l’existence à travers l’angoisse de Katia, il se rend compte qu’il est aussi démuni qu’elle devant le vide de sa propre vie et l’imminence de sa mort. Écrit et réalisé par Bernard Émond, d’après un récit d’Anton Tchekhov.

En salle depuis le 21 août.

- Sylvie Lamothe

Photographie: Julie Perreault

Commentaires

commentaires