Jeux de rôles avec Vincent-Guillaume Otis

14 mars 2016

V.-G. Otis_IMG_3919 (2)_CR Julie Perreault

On l’a surtout connu grâce au personnage de Babine, qui lui a d’ailleurs valu une nomination pour le Jutra du meilleur acteur, en 2009. Depuis, il enfile les rôles au cinéma, au théâtre et à la télévision, dans un registre aussi large que varié. Une constante : l’efficacité et le talent. Discussion avec un homme polyvalent.

Vous incarnez Étienne, dans la nouvelle télésérie Ruptures, le copain de l’héroïne Ariane (Mélissa Désormeaux-Poulin). Avez-vous réalisé que ce personnage d’avocat urbain change beaucoup votre casting habituel?

C’est certain! J’essaie toujours d’obtenir des personnages aux couleurs différentes, mais ce n’est pas toujours possible. Quand j’ai eu ce rôle, j’ai sauté sur l’occasion à pieds joints. Je venais de terminer le tournage de Série noire et, pour pousser l’effet de contraste, je me suis fait faire une coupe de cheveux très différente, nouveau genre.

Avez-vous des points communs avec votre personnage de Patrick Bouchard dans Série noire?

Comme lui, je suis quelqu’un d’assez passionné et intense dans la vie. Par contre, je suis plus réfléchi et j’ai beaucoup plus de jugement que lui. Je suis assez rangé, j’ai mon travail, ma blonde, mes enfants, et je n’ai pas besoin d’autant d’émotions fortes pour me sentir vivant. J’ai assez de défis comme ça dans ma vie!

Parlez-nous du rôle que vous jouez dans le film Chasse-galerie : la légende, présentement en salle, et du tournage du film.

Je joue Romain Boisjoli, le notaire d’un village reculé de Lanaudière. Ça se passe à la fin du 19e siècle. Un peu plus riche et éduqué que les autres villageois, il gère des concessions de coupe de bois. Il est amoureux de Liza Gilbert (Caroline Dhavernas), mais le diable (François Papineau) va se servir de lui pour se venger du père de Liza. C’est un cadeau pour un acteur de se retrouver dans un film d’époque, avec les costumes et le décor magnifique de l’hiver. Mais ça a été un tournage assez exigeant, parce qu’on a beaucoup tourné en extérieur, de nuit et dans le bois. Il faisait très froid durant l’hiver 2015 et je venais de me taper le tournage de Série noire de nuit, dehors…

Vous êtes le père de trois jeunes enfants de sept ans, cinq ans et neuf mois, et votre conjointe, Éveline Gélinas, est aussi comédienne. C’est un gros défi de concilier votre rôle de père de famille et la pratique de votre métier?

Oui, mais il faut mettre les choses en perspective. Quand je pense aux infirmières, qui font de longs quarts de travail, et aux mères monoparentales, je ne peux pas me plaindre. Je peux être en tournage de janvier à mai, par exemple, puis être libre pour quatre mois. Les journées de tournage sont intenses, de 12 à 14 heures parfois, mais c’est quand même un métier qui me permet d’aller au Biodôme avec mes enfants un mardi matin. Il y a des avantages et des inconvénients. J’arrive quand même à être présent pour mon bébé, parce que mes horaires sont flexibles, mais arrimer nos agendas nous demande une communication constante.

Pour la sixième année en 2016, vous tenez le rôle de porte-parole de la Semaine de la déficience intellectuelle, qui a lieu du 8 au 14 mars. Qu’est-ce qui vous pousse à vous impliquer dans cette cause?

Je le fais pour trois raisons. La première, c’est que j’ai un frère qui vit avec une déficience intellectuelle et je me suis toujours promis que si j’avais l’occasion d’aider cette cause, grâce à mon métier, je le ferais. Je veux redonner un peu de ce qu’il m’a donné, parce que je considère que son handicap m’a inculqué des valeurs extraordinaires, inestimables. Je le fais aussi pour m’adresser aux frères et sœurs des déficients, afin de les aider à gérer cette situation et leur faire comprendre ce qu’ils peuvent en retirer d’un point de vue humain. Enfin, je veux soutenir les gens qui sont sur le terrain et qui travaillent d’arrache-pied pour rendre la société plus tolérante. Ils ne cherchent pas la gloire, ils le font pour les bonnes raisons.

Ruptures et Série noire sont diffusées sur ICI Radio-Canada Télé, respectivement le mercredi et le vendredi à 21 h.

V.-G. Otis_Chasse Galerie poster FinalHR_CR Christal Films

Chasse-galerie : la légende, un film de Jean-Philippe Duval, avec Caroline Dhavernas, Francis Ducharme, François Papineau, Vincent-Guillaume Otis et Fabien Cloutier. En salle.

- Sylvie Lamothe

Photographie: Julie Perreault

Commentaires

commentaires