La vie selon Rosa Laricchiuta

26 novembre 2015

photo-presse-nologo

Première finaliste de La Voix III à sortir un album solo, Rosa Laricchiuta nous propose neuf chansons originales, toutes en français, aux sonorités tantôt rock, tantôt pop, tantôt blues. Il s’agissait d’une première expérience en studio pour l’interprète d’expérience, qui a chanté pendant dix ans sur des scènes en Asie. Elle se dévoile sur cet album, de même que dans cette entrevue qui nous permet de mieux connaître la femme derrière la rockeuse.

Quel est votre plus grand rêve?

Avoir un enfant. Ça a toujours été dans mes plans, mais La Voix a changé bien des choses dans ma vie. Je voulais être chanteuse, et ce rêve s’est réalisé. Maintenant, mon rêve, c’est d’avoir un bébé. Mon chum est Cambodgien et je suis Italienne, ça va faire un beau mélange!

À quoi avez-vous renoncé?

Quand j’étais petite, je voulais devenir policière. Plus tard, j’ai travaillé comme agente de sécurité, mais j’avais plus de plaisir à chanter qu’à travailler. Finalement, je n’ai pas voulu mettre de côté ce plaisir de chanter pour devenir policière, un métier très exigeant que je n’étais pas certaine d’aimer.

À qui parlez-vous quand vous êtes déprimée?

À mon chum, qui partage ma vie depuis six ans. Je suis très émotive, et il a le don de me ramener à la réalité et de me faire réaliser que souvent je m’en fais pour rien. Il est toujours là pour moi. Il m’encourage dans ce que je fais, il est positif et il me fait rire. Je n’hésite pas à me confier à lui.

Quel est l’accomplissement dont vous êtes le plus fière?

Mon album. Je ne pensais jamais sortir un album en français. J’ai travaillé très fort. Chanter mes propres chansons devant une foule réunie pour moi, c’est exceptionnel!

Croyez-vous en l’amour?

Maintenant, oui. J’ai eu plusieurs relations avec des Italiens qui n’ont pas fonctionné. J’avais un peu arrêté de croire en l’amour quand mon chum m’est tombé du ciel, il y a six ans.

Croyez-vous au destin?

Oui, je pense que tout arrive pour une raison. Je laisse les choses aller, et je me dis que ce qui doit arriver arrivera. Mais je trace aussi mon destin, en fonçant et en saisissant les occasions qui se présentent à moi.

Si vous perdiez la mémoire, sauf pour deux choses, quelles seraient-elles?

La première fois que je suis allée à Paris avec mon chum, nous sommes allés sous la tour Eiffel et nous avons passé un très beau moment ensemble, comme dans les films. J’en avais les larmes aux yeux! Et quand j’ai chanté sur scène avec mon idole, Melissa Etheridge. C’était un moment magique!

Quelle est votre devise?

Life is a song. Ma vie, c’est ma propre chanson, alors je l’écris moi-même, un peu plus chaque jour, et je la chante à tue-tête!

Si vous pouviez changer une chose dans le monde, que feriez-vous?

One world, one love. Tout le monde s’aime, toutes les nations s’entraident. Finis les conflits!

Avez-vous tendance à vivre comme si vous alliez mourir demain ou comme si vous étiez immortelle?

Je ne pense pas trop à l’avenir, je vis une journée à la fois. Je suis toujours de bonne humeur et j’évite de m’entourer de personnes négatives. Je fais le métier que j’aime, je suis en amour avec une personne exceptionnelle, j’ai une famille et des amis en or, j’ai une maison, un chien. Je ne pourrais pas demander mieux et j’apprécie chaque jour de la vie.

- Joannie Langlois

Photographie: Judith Cossette

Commentaires

commentaires