Laurence Jalbert poursuit sa route

14 mars 2016

Photo_de_presse_Laurence_Jalbert6_CR_Béatrice Flynn et Sébastien Iannuzzi

Après avoir souligné ses 40 ans de carrière, l’an dernier, avec la publication de son essai biographique À la vie, à la mer, Laurence Jalbert vient de lancer un nouvel album intitulé Ma route. Ses fans, qui l’attendaient, sont ravis!

« Ça a pris du temps avant que j’aie un call pour cet album, avoue-t-elle. J’étais en tournée depuis cinq ans, donc sur la route et dans l’action. » C’est que Laurence cherchait le son, la couleur qui teinterait son univers musical, qui lui donnerait son élan créatif. « Je suis extrêmement exigeante sur l’enveloppe sonore d’un album », explique-t-elle.

Ce dernier opus présente plusieurs pièces originales aux sonorités folk-pop et country, dont quatre écrites par Laurence. Elle y explore des thèmes qui lui sont chers, comme le temps, les coïncidences, l’amour. D’autres ont été composées par des collaborateurs : « Bourbon Gautier m’a offert quatre chansons, de purs délices. Dany Bédar m’a écrit une magnifique pièce sur l’amitié, très touchante, en hommage à Guy Rajotte, avec qui j’ai travaillé 35 ans et qui est décédé il y a deux ans. » Selon la chanteuse à la voix rauque, « tout l’enregistrement s’est déroulé dans le bonheur, le calme et le rire. » Et ça sonne comme elle voulait! « C’est ma plus belle histoire de production d’album. »

Pochette_Ma_route_Laurence_Jalbert_CR Béatrice Flynn et Sébastien Iannuzzi

Au fil des années, la lionne à la crinière rousse nous a donné quelques chansons marquantes considérées comme des classiques, telles que Tomber, Au nom de la raisonEncore et encore. Mais avec cet album, elle souhaite laisser de nouvelles chansons en héritage. « Malgré les bouleversements de l’industrie, les gens continuent d’avoir besoin d’entendre des chansons, des paroles et des musiques qui leur rappellent des moments précis de leur vie, qui leur font vivre des émotions. » Elle l’affirme en toute connaissance de cause, elle qui n’a jamais cessé de recevoir les témoignages et confidences de son public à propos du pouvoir de ses chansons sur leur vie. « Quand je vais faire mon épicerie, les gens me prennent dans leurs bras pour me dire que je les aide, que je les inspire. Chaque jour de ma vie, quelqu’un me dit à quel point il m’aime, imaginez-vous! Alors moi j’écris pour ces gens-là. » En dépit de cette grande popularité, la chanteuse garde les pieds sur terre. « Je n’ai jamais voulu être une vedette, j’ai voulu transmettre, communiquer avec la musique. » Ça semble réussi.

Ses ancrages

Si c’est en Gaspésie, son éternel port d’attache, que Laurence Jalbert trouve son équilibre, c’est dans un double ancrage qu’elle puise son énergie vitale : ce public qui la nourrit sans cesse, et sa famille, qui l’aide à se définir. « Je sais depuis longtemps que si je n’avais pas eu ma fille aussi jeune – elle qui a maintenant quatre enfants – et accouché de mon fils avec autant de difficultés, ça ferait longtemps que je ne ferais plus ce métier-là, déclare-t-elle. Ils m’ont aidée à être une femme intègre avec des valeurs profondes. Ils m’ont tellement bâtie dans chacune de mes croisées de chemin que je ne peux pas les dissocier de ce que je suis devenue. »

Mère et grand-mère comblée, auteure-interprète inspirée, artiste appréciée et quinquagénaire équilibrée, voilà ce qu’elle est devenue. Pour préserver son équilibre et se recentrer, cette passionnée prend de longues marches et fait un peu de méditation tous les jours. « J’aime appartenir au moment présent. » Signe de la sagesse acquise, dans l’épilogue de son essai biographique, Laurence Jalbert a écrit : « Pour atteindre le bonheur […], il importe de mourir tous les soirs pour renaître tous les matins sans jamais oublier que rien ne cesse ni ne s’éteint. »

Pour suivre Laurence et connaître ses dates de spectacles, visitez sa page Facebook.

Dans À la vie, à la mer, publié en 2015 aux éditions Un monde différent, Laurence Jalbert nous raconte son univers créatif et artistique, dans un format particulier : chacun des douze chapitres porte le nom d’une des grandes chansons de son répertoire. Celui qui a recueilli ses propos, l’auteur Claude André, nous promet au début du livre que nous y apprendrons à mieux comprendre comment « cette rousse espiègle […] s’est construite sur un socle fait de rébellion et de discipline, d’hypersensibilité et de luttes, et pourquoi elle est devenue à la fois un modèle pour des milliers de personnes et l’une des colonnes du temple de la grande chanson francophone d’Amérique ». Promesse tenue!

- Sylvie Lamothe

Photographie: Béatrice Flynn et Sébastien Iannuzzi

Commentaires

commentaires