Le nouveau Séraphin des Pays d’en haut

14 mars 2016

CP_Bertrand Calmea_photo1

Depuis près de vingt ans, ce grand rouquin mène une carrière en anglais et en français, au petit comme au grand écran. On l’a vu dans de nombreuses séries télévisées, dont Mirador, Mauvais karma et Les beaux malaises. C’est en incarnant le copilote du commandant Piché que Vincent Leclerc a croisé la route du réalisateur Sylvain Archambault. Celui-ci n’a pas hésité à lui donner le premier rôle dans la nouvelle mouture des Pays d’en haut : celui de Séraphin Poudrier. Portrait s’est entretenu avec l’acteur au sujet de ce personnage phare de l’œuvre de Claude-Henri Grignon.

Comment s’est passée l’audition pour ce rôle?

J’ai auditionné pour un autre rôle dans Les Pays d’en haut. Mon personnage avait une scène avec Séraphin et j’étais plus attiré par l’énergie de Séraphin que par celle de mon personnage. Ça a dû se voir : on m’a rappelé une semaine après pour auditionner pour le rôle de Séraphin!

Vous êtes-vous inspiré du jeu de Jean-Pierre Masson dans le téléroman à succès Les belles histoires des pays d’en haut ou de celui de Pierre Lebeau dans le film Un homme et son péché?

J’ai regardé quelques épisodes des Belles histoires des pays d’en haut et j’ai revu quelques passages d’Un homme et son péché. Mais le contexte était très différent, car dans le premier cas, le personnage était le même mais la production, elle, d’une autre époque. Dans le deuxième cas, le film ne montrait qu’une tranche de vie de Séraphin. Celui que m’offre le scénariste Gilles Desjardins me permet d’explorer une palette beaucoup plus large.

Parlez-nous de votre personnage.

C’est un homme qui a eu un parcours et une enfance difficiles. À douze ans, il était sur les chantiers. Il a appris la vie à la dure et il n’a pas eu beaucoup d’histoires d’amour. Il agit toujours de façon très droite et tient toujours parole. Que Donalda, dont il est éperdument amoureux, aime un homme qui boit et qui est volage lui échappe complètement.

N’avez-vous pas peur que ce personnage vous colle à la peau comme ça a été le cas pour Jean-Pierre Masson?

Il y a aujourd’hui beaucoup plus de films et de téléséries qu’à l’époque. Et j’ai la chance de pouvoir tourner dans les deux langues, donc je devrais obtenir d’autres rôles. Mais de toute façon, même si ça se produisait, ça ne me dérangerait pas! Je serais tout de même en belle compagnie, non?

On vous voit actuellement dans le film The Revenant du réalisateur Alejandro González Iñárritu qui a obtenu douze nominations dans la course aux oscars. Comment s’est passé le tournage?

Le plateau était immense. Il y avait une frénésie incroyable autour du réalisateur. Celui-ci est d’ailleurs très sympathique, mais tous ses assistants étaient extrêmement stressés. Il faut dire que la plupart des scènes avaient lieu à l’extérieur. Tout le monde était donc tributaire de la météo, ce qui n’était pas facile.

Quel rôle y tenez-vous?

Je joue un trappeur. On me voit trois ou quatre minutes à l’écran, mais je suis très fier d’avoir participé à ce film. C’est une œuvre grandiose dont on ne sort pas indemne.

Les pays d’en haut est diffusé à ICI Radio-Canada Télé tous les lundis à 21 h.

Vincent Leclerc CP_Pascale Therrien

10 choses que vous devez savoir sur lui

  1. Il a vécu à Ottawa, de l’âge de 13 à 23 ans. C’est pourquoi il est parfaitement bilingue.
  2. Il a été moniteur de camp de jour durant six ans.
  3. Avant de commencer une carrière au théâtre, il a travaillé deux ans comme comédien permanent pour le Musée canadien des civilisations (devenu le Musée canadien de l’histoire) à Gatineau. « J’incarnais des personnages en costume d’époque devant des groupes scolaires ou des visiteurs. »
  4. Il a passé un an à Paris en 1997, où il a suivi des cours de théâtre.
  5. C’est l’acteur québécois Yves Jacques qui l’a poussé à aller en Europe quand il était jeune, après avoir vu l’un de ses spectacles.
  6. En 2013, il est parti en tournée en Asie et en Europe pour la pièce de théâtre La belle et la bête.
  7. Il adore voyager. Récemment, il est allé au Vietnam.
  8. Quand il est chez lui, il aime faire de la réno.
  9. C’est un gars de plein air, passionné de canot-camping.
  10. Actuellement, vous pouvez entendre sa voix dans la série documentaire Garde-manger, qui traite de l’alimentation biologique, sur les ondes d’Unis TV et de TV5.

Derrière Séraphin, un homme au grand cœur

Crédit photo  Je veux jouer, Chadi Alhelou au camp d’Atmeh en 2013

Si, au petit écran, Vincent incarne un personnage connu pour son avarice, dans la vie, l’acteur est un homme généreux qui n’hésite pas à soutenir des causes qui lui tiennent à cœur. C’est ainsi qu’il a tourné une vidéo pour l’organisme à but non lucratif Je veux jouer afin de sensibiliser le public à la cause des Syriens. Actuellement, Je veux jouer organise une campagne de financement afin d’installer des parcs de jeux et des cinémas en plein air pour les 20 000 enfants du camp de réfugiés syriens situé à Atmeh.
jeveuxjouersyrie.org

- Diane Stehlé

Photographie: Bertrand Calmea

Commentaires

commentaires