Le Québécois qui a conquis la France

17 juin 2015

David_0474

Tout juste revenu de France, où il s’est illustré en terminant troisième à l’émission The Voice, David Thibault a été accueilli en roi dans sa ville natale, Saint-Raymond, et a même eu droit à une motion de félicitations de la part des députés de l’Assemblée nationale. Portrait s’est entretenu avec lui au téléphone avant qu’il ne reparte en tournée dans l’Hexagone.

Au téléphone, David Thibault est un jeune homme timide. Et pourtant, ce chanteur de dix-huit ans a su séduire plus de six millions de téléspectateurs en France avec, entre autres, ses interprétations des chansons d’Elvis Presley. Guidé par son coach, la star internationale Mika, il a atteint la finale de la version française de l’émission The Voice. Une première pour un Québécois. « J’ai beaucoup aimé être accompagné par Mika, parce qu’on travaillait fort tout en s’amusant. Grâce à lui, j’ai pu moderniser mon style, tout en gardant mon côté vintage », nous dit-il.

Cette passion pour la musique rétro, David la tient de son grand-père. Alors que les jeunes de son âge ne jurent que par Rihanna, Katy Perry ou Justin Timberlake, le jeune homme écoute sans relâche les grands chanteurs des années 40, 50 et 60, tels que B.B. King, Jerry Lee Lewis, Fats Domino et Chuck Berry. Avec un père batteur et une mère qui aimait gratter la guitare à temps perdu, David a grandi entouré de musique, dans une famille de sept enfants. Mais c’est au secondaire, à 12 ans, lors d’un spectacle de Noël, qu’il a eu le déclic : « L’une de mes amies m’a encouragé à me produire sur scène. C’est là que j’ai su que je voulais faire ce métier », se souvient-il.

Des réseaux sociaux à The Voice

Il y a deux ans, avant de participer à The Voice, David s’est fait connaître par les réseaux sociaux grâce à une saisissante reprise de Blue Christmas d’Elvis Presley. La vidéo a fait le tour du monde, atteignant près de dix millions de visionnements. Ellen DeGeneres l’a ensuite invité dans les studios de la NBC en Californie. Elle a été tellement impressionnée par le talent du jeune homme qu’elle lui a offert des billets pour visiter Graceland, la résidence d’Elvis Presley à Memphis, au Tennessee.

Même si devenir chanteur était son rêve le plus cher, David ne pensait pas qu’il se concrétiserait aussi vite. « C’est un privilège de faire ce métier et j’en profite autant que je peux tout en travaillant très fort. » Et quand on lui demande où il se voit dans les années qui viennent, David répond : « En France, au Québec, et pourquoi pas, aux États-Unis. » Celui dont on souligne la ressemblance avec Johnny Hallyday partage sans aucun doute avec lui un tempérament réservé, mais aussi une détermination hors norme. Il se pourrait d’ailleurs que David rencontre bientôt le légendaire rocker puisque la troupe de The Voice assurera en juillet la première partie de ses concerts en France, en plus d’effectuer une tournée dans dix-huit villes. Parallèlement, David travaillera à la préparation de son premier album, prévu pour l’automne prochain. « Je collabore avec des compositeurs français et j’ai moi-même commencé à composer », confie-t-il. Et c’est sans compter les spectacles prévus pour son retour au Québec, en juillet.

Toutefois, cet emploi du temps chargé ne semble pas perturber le jeune artiste : « J’ai hâte de revoir les autres candidats de The Voice. Ça va être une nouvelle aventure. C’est sûr que ce sera difficile d’être loin de mes parents et de mes amis, mais nous échangeons beaucoup par les réseaux sociaux. » À dix-huit ans, David semble bien avoir pris le chemin de l’autonomie.

Dans son iPod

  • The Essential of Elvis Presley, bien sûr! « Chaque fois que j’écoute cet album, ça me rappelle mon grand-père décédé en 2008. »
  • Des albums de Ray Charles
  • Des albums de Jerry Lee Lewis

- Diane Stehlé

Commentaires

commentaires