Le syndrome des apnées du sommeil

11 juin 2013

 

 

 

 

 

 

La population est de plus en plus sensibilisée aux problèmes respiratoires qui surviennent pendant le sommeil. En effet, près de 50 % des hommes et 30 % des femmes de plus de 40 ans présentent un problème de ronflement. Celui-ci peut être simple, sans aucune complication médicale ou plus complexe, avec des conséquences médicales et sociales.

Le ronflement n’est qu’une des manifestations du syndrome des apnées du sommeil. Ce syndrome est caractérisé par des manifestations cliniques diurnes : hypersomnolence, fatigue, céphalées matinales, manque de concentration, changement de personnalité, problème anxiodépressif et, parfois, diminution de la libido. Les manifestations nocturnes sont les ronflements, arrêts respiratoires, sensation d’étouffement, sommeil agité et fragmentation du sommeil.

L’apnée du sommeil est un problème d’obstruction des voies respiratoires supérieures. Chez la population adulte, on estime une prévalence générale se situant entre 5 et 9 % de la population. Il est même avancé que 80 % des gens porteurs du syndrome d’apnée sont non diagnostiqués.

Généralement, les patients vont venir consulter suite à une référence de leur conjoint ou conjointe ou de leur entourage, surtout pour des problèmes de ronflements, parfois accompagnés de pauses respiratoires et parfois associés avec de l’hypersomnolence diurne.

Évaluation

Pour faire une bonne évaluation des patients et pour obtenir un diagnostic précis, les questionnaires sont des outils très importants afin de connaître les habitudes de vie, la qualité du sommeil, la médication et les maladies associées du patient, ainsi que pour évaluer le degré de somnolence dans huit situations de vie quotidienne.

Par la suite, un test de polygraphie respiratoire ambulatoire sera prescrit par le médecin consulté pour permettre de mesurer les périodes de pauses respiratoires, appelées « indice d’apnée hypopnée » (IAH), survenant durant la nuit. Il est considéré qu’un problème d’apnée hypopnée du sommeil peut être classifié comme suit selon la valeur de l’IAH :

  • Si moins de 5 événements/heure = normal;
  • Entre 5 et 15 événements/heure = léger;
  • Entre 15 et 30 événements/heure = modéré;
  • Plus de 30 événements/heure = sévère.

Ces résultats doivent être analysés avec les symptômes diurnes également.

Après avoir rencontré votre médecin, il vous suggérera différents traitements, selon la sévérité de vos symptômes. Trois catégories de traitement sont possibles :

1. Les appareils à pression positive (CPAP) avec masque nasal, qui augmentent tout simplement la pression au niveau des voies respiratoires pour débloquer l’obstruction;
2. Les orthèses d’avancement mandibulaire, pouvant également diminuer le problème mécanique, qui seront plus utiles pour les apnées légères à modérées;
3. Les chirurgies pouvant être pratiquées au niveau du palais, qui peuvent être jugées pertinentes dans certains cas.

Si vous croyez avoir des symptômes, consultez un médecin spécialisé qui saura examiner le problème et, s’il y a lieu, vous orienter ensuite vers un traitement qui vous conviendra.

 

 Dr Jean Roy M.D.

 

 

 

 

 

Commentaires

commentaires

2 Commentaires »