Moi, mes souliers ont beaucoup voyagé…

11 février 2015

Blake Mycoskie

Parce que les belles histoires en inspirent d’autres, mais aussi, parce qu’il faut prendre le temps de souligner les grandes histoires qui, un jour, ont germé d’une idée toute simple. Voici donc celle des chaussures TOMS – qui vient de tomorrow. Les « souliers de demain » sont nés d’un projet rempli d’espoir, qui trouve maintenant écho un peu partout sur le globe, One for one, soit une paire donnée pour chaque paire achetée.

Si vous n’êtes pas encore tombé sous le charme des petites espadrilles colorées, des bottillons confortables et des nouvelles lunettes de soleil stylisées, vous succomberez après avoir lu ce qui suit. Voici l’histoire de TOMS, conçue et pensée par nul autre que Blake Mycoskie.

Blake_Shoe_01_ARG

Quand entrepreneuriat rencontre générosité

L’histoire débute en 2001. Après avoir visité l’Argentine lors de sa participation à l’émission de télé-réalité The Amazing Race, Blake Mycoskie décide d’y retourner, question de prendre un peu de temps pour lui, mais surtout de prendre le temps de s’imprégner de cette culture qui l’intéressait. Il faut dire que le jeune homme, originaire d’Arlington au Texas, avait déjà lancé cinq petites entreprises, dont la première, démarrée à l’âge de 19 ans, était un service de buanderie.

Il avoue qu’à l’époque, il n’avait pas le sens des affaires très aiguisé, mais était attiré par l’entrepreneuriat social, c’est-à-dire par les entreprises lancées avec une seule mission, celle de résoudre un problème social ou environnemental.

En Argentine, il rencontre deux Américaines qui distribuent des chaussures usagées aux enfants démunis. Comme le port de la chaussure est obligatoire pour franchir la porte de l’école, leur donner une paire de chaussures, c’est donc aussi leur donner la chance d’aller s’asseoir en classe. Le reste de l’histoire se devine facilement…

C’est ainsi, à 29 ans, que Blake Mycoskie décide de lancer TOMS Shoes. Aujourd’hui, ses espadrilles se vendent par millions un peu partout à travers le monde. À ce jour, TOMS a offert plus de 35 millions de paires de chaussures à des enfants dans le besoin, et ce, à travers 70 pays. Et c’est en Argentine que les premières paires ont été offertes. Le logo de TOMS est d’ailleurs inspiré du drapeau argentin, bleu et blanc.

Sight_5_CAMBODIA

Des pieds… aux yeux!

Mais le concept ne s’arrête pas là, puisque chez TOMS, donner est, en réalité, la base du plan d’affaires. Après les chaussures, TOMS s’est aussi lancée dans la création de lunettes de soleil de toutes sortes. Des styles à la mode mais, surtout, des montures de grande qualité, à prix abordables. Évidemment, l’objectif était de perpétuer le concept de One for One.

Depuis 2011, l’entreprise a redonné la vue, grâce à une chirurgie, fourni une prescription de lentilles adéquate et prodigué des soins de la vue à plus de 275 000 personnes, à travers 13 pays.

Blake_Shoe_02_ARG

Donner au quotidien

Blake Mycoskie explique que donner lui procure un sentiment d’accomplissement incroyable. Il a alors voulu pousser le concept encore plus loin. Étant donné que les chaussures et les lunettes ne sont achetées qu’une ou deux fois par année en moyenne (pour la plupart d’entre nous!), il voulait s’orienter vers des ventes quotidiennes. À ce rythme, un plus grand nombre de personnes pourraient être aidées.

Il a donc décidé de se lancer cette année dans ce qu’il y a de plus réconfortant jour après jour : le café. Encore une fois, même modus operandi. Pour chaque sac de café vendu, TOMS offre l’équivalent d’une semaine d’eau potable aux personnes dans le besoin, au Rwanda et au Pérou. Avec ce concept, TOMS véhicule le message suivant : un café pour un, de l’eau pour tous.

Malheureusement, TOMS Roasting Co. n’est pas encore présente au Canada, mais ça ne saurait tarder. En date d’aujourd’hui, TOMS a donné plus de 67 000 semaines d’eau potable aux Rwandais et aux Péruviens dans le besoin.

Voilà donc la belle histoire de Blake et de ses petites chaussures colorées, pratiques et tellement confortables, en vente dans plus de 70 pays à travers le monde. Basée en Californie, TOMS compte maintenant plus d’une centaine d’employés. Ses usines écoresponsables sont installées en Chine, en Argentine, en Éthiopie, au Kenya et en Haïti.

Pourquoi ne pas prendre le temps de vous faire plaisir aujourd’hui tout en rendant un enfant heureux, quelque part sur le globe?

- Élisa Cloutier

Commentaires

commentaires