Partez du bon pied! – François Allart

26 septembre 2012

La podiatrie est encore méconnue des Québécois.

Le Québec est un chef de file dans le domaine de la podiatrie et devrait être reconnu comme tel mondialement dans les années à venir.

Depuis que nous sommes bipèdes, nos pieds doivent supporter la structure et le poids de notre corps, poids qui ne cesse d’ailleurs d’augmenter. Ils jouent un rôle essentiel d’assise et assurent le dynamisme de la marche. Comme si ce n’était pas assez, nos pieds doivent absorber les chocs, nous propulser et s’adapter aux conditions du sol. Pourtant, alors que tout le monde souhaite demeurer mobile le plus longtemps possible, qui s’en préoccupe vraiment?

Qu’est-ce que la podiatrie?
« La podiatrie est aux pieds ce que la dentisterie est aux dents, déclare François Allart. On n’attend pas d’avoir mal pour visiter le dentiste, on sait que la prévention reste la meilleure solution. »
Détecter les problèmes potentiels dès l’enfance s’avère alors d’une importance capitale, car c’est durant la croissance qu’il est encore possible de les corriger, comme un tuteur permet à l’arbuste de pousser droit.

Très souvent les gens attendent de ressentir une douleur chronique avant de consulter et alors la pathologie sera plus
compliquée à traiter ou demandera une intervention plus agressive.

 

Les recherches démontrent que les pathologies du pied ont un impact direct sur la région lombaire ou les membres inférieurs et même sur la structure corporelle. Le podiatre est le seul qui peut établir un diagnostic précis et soigner les affections du pied par des moyens médicaux, pharmaceutiques, chirurgicaux ou mécaniques (orthèses). Malheureusement, comme le signale ce spécialiste : « Très souvent les gens attendent de ressentir une douleur chronique avant de consulter et alors la pathologie sera plus compliquée à traiter ou demandera une intervention plus agressive. » L’exemple classique, selon lui, est celui du « Docteur, je pars en vacances en Europe dans un mois, pouvez-vous faire quelque chose? » alors que le patient souffre depuis plus d’un an…

Un pionnier au Québec
Dès son retour au Québec en 1993, avec en poche son diplôme du New York College of Podiatric Medicine, François Allart a concentré ses efforts à l’avancement de la podiatrie au Québec. Fortement engagé dans les travaux de l’Ordre des podiatres du Québec, entre 1995 et 2005, d’abord à titre d’administrateur, puis de vice-président et enfin de président, il a fait adopter plusieurs règlements législatifs pour l’encadrement de la pratique podiatrique au Québec.

Sa plus grande réalisation reste néanmoins l’implantation de la première faculté de médecine podiatrique de la province, à l’Université du Québec à Trois-Rivières, en 2003. « J’ai travaillé d’arrache-pied [!] pendant dix ans pour implanter ce programme. Le premier du genre au Canada et le premier de langue française au monde! » Enseignant lui-même, il participe activement à la formation de tous les nouveaux podiatres du Québec depuis l’implantation de ce programme. Sonengagement pour l’évolution de la profession lui a d’ailleurs valu un doctorat honorifique de l’université new-yorkaise en 2008.

La clinique de médecine podiatrique de Québec
À sa clinique, François Allart offre tous les services de podiatrie générale, y compris des soins du pied (cors, callosités, verrues, plaies, etc.), des traitements dermatologiques et des chirurgies mineures. « Mon intérêt pour la biomécanique m’a poussé à intégrer toutes les facettes de ma pratique sous un même toit. Nous avons un centre de radiologie et un laboratoire orthopédique où nous fabriquons nos orthèses. Ceci nous permet de contrôler tous les aspects du diagnostic et du traitement et aussi d’évaluer l’impact des orthèses de façon radiologique pour perfectionner nos analyses. »

Toujours passionné par la recherche et le développement, le Dr Allart sait que ses patients bénéficieront du fruit de ses découvertes. Il prévoit d’ailleurs que de nouveaux traitements orthésiques seront offerts en 2013 et 2014. De plus, grâce à de récents changements apportés dans son organisation, son équipe est dorénavant en mesure de mieux répondre aux besoins de la clientèle.

Alors, n’attendez pas d’être au pied du mur, consultez!
- SYLVIE LAMOTHE

Commentaires

commentaires

Laisser une réponse »

You must be logged in to post a comment.