Star en devenir

26 novembre 2015

1-END_Simone_1_dans_la_ruelle_-_-Josee.Deshaies

Sophie Nélisse a le vent dans les voiles. À tout juste quinze ans, celle qui a été révélée dans Monsieur Lazhar et qui a commencé une carrière internationale avec La voleuse de livres (The Book Thief), sera au générique de trois films dans les mois qui viennent.

Sophie Nélisse est une adolescente comme les autres. Elle se rend tous les matins à l’école pour suivre un programme sports-études, aime être en bande avec ses amis et rêve de plus d’indépendance. À ceci près que, lorsqu’on la demande pour un film, la jeune fille voyage entre le Canada et les États-Unis et côtoie les Glenn Close, John Hurt et Kathy Bates de ce monde. Il y a deux ans, le film La voleuse de livres, dans lequel elle tenait le rôle principal, lui a valu un Hollywood Film Award. Les portes d’Hollywood se sont alors ouvertes pour la jeune fille native d’Ontario (ce qui explique son bilinguisme) et depuis elle est très demandée par nos voisins du Sud.

Pour preuve, elle jouera cet hiver dans le très attendu La fabuleuse Gilly Hopkins (The Great Gilly Hopkins). Elle y campera une fillette de 11 ans, trimballée de famille d’accueil en famille d’accueil. « J’ai adoré tourner ce film. Jouer avec Glenn Close et Kathy Bates était magique. Glenn Close est une de mes idoles depuis toujours. Son interprétation dans Les 101 Dalmatiens m’a marquée quand j’étais petite », nous confie Sophie. Parallèlement, elle sera aussi de la distribution de The History of Love, aux côtés de la belle Gemma Arterton (Gemma Bovery) et de John Hurt (Alien, Elephant Men), une saga réunissant trois personnages dont le destin sera scellé par la publication d’un livre et par la Deuxième Guerre mondiale.

Celle qui au départ se destinait à être une gymnaste de haut niveau et qui est « tombée dans le cinéma par hasard » semble bel et bien avoir tout en main pour faire une carrière internationale. Toutefois, Sophie reste très attachée au Québec. Et si tourner aux États-Unis la comble, elle compte bien continuer de se faire connaître du public québécois. « J’aime beaucoup être sur les plateaux de tournage d’ici, je m’y sens comme en famille. Et puis on fait de très beaux films au Québec, malgré des budgets restreints. »

Dès le mois de janvier, on pourra la voir dans Endorphine du réalisateur André Turpin. Au petit écran, elle sera aussi de la dernière saison des Parent. « Je suis triste que la série se termine, car je suis très proche des autres acteurs. On a grandi ensemble », explique-t-elle.

6-END_Simone_2_dans_le_lit_de_la_voisine_-_-Josee.Deshaies (1)

Les pieds sur terre

Malgré son ascension fulgurante, Sophie garde la tête froide. À temps partiel, elle poursuit ses études secondaires et compte bien aller à l’université. « J’ai toujours aimé l’école et je veux continuer d’apprendre des choses. Et puis, dans mon métier, on ne sait jamais. Il vaut mieux avoir un plan B. Mon horaire de tournage ne me permettra peut-être pas de faire des sciences pures comme j’aurais voulu, mais étudier la photographie m’intéresse aussi. »

Côté enseignement, Sophie peut aussi compter sur un atout de taille : sa mère. Celle-ci a quitté son emploi d’enseignante pour devenir sa gérante à temps plein, en 2013. Quand Sophie est en tournage à l’étranger pour plusieurs mois, sa mère se charge de planifier ses rendez-vous, mais aussi de lui faire faire ses devoirs. Mère et fille forment donc un parfait tandem. Mais une telle proximité n’a pas que des avantages. « Je suis à l’âge où j’ai besoin d’être indépendante et de découvrir la vie par moi-même. C’est dur, parce que nous sommes très souvent ensemble et on se tombe parfois mutuellement sur les nerfs. En même temps, je ne me vois pas sans elle. Je l’adore et je lui suis très reconnaissante d’avoir laissé son métier pour moi », commente Sophie. Récemment, sa mère a également pris en main la carrière de sa petite sœur. Elle est donc actuellement en tournage en Louisiane avec la benjamine. Visiblement, dans la famille, on commence tôt et on ne manque pas de talent!

ENDORPHINE_poster_27X39_fin

Endorphine

Marine, 12 ans (Sophie Nélisse) doit réapprendre à ressentir des émotions suite à un choc post-traumatique.

Marine, 25 ans, est une jeune femme solitaire qui tente de dominer ses crises de panique.

Marine, 60 ans, une physicienne épanouie, donne une conférence sur la nature du temps.

Trois histoires comme trois rêves qui, autour des thèmes de l’indifférence et de la peur, se répondent dans des déjà vu vertigineux et une temporalité déjouant l’intuition.

Un film d’André Turpin avec Sophie Nélisse, Mylène Mackay, Monia Chokri, Anne-Marie Cadieux et Stéphane Crête. Sortie en janvier 2016.

- Diane Stehlé

Photographie: Josée Deshaies

Commentaires

commentaires